Test du SR Suntour Triair 3CR

Test du  SR Suntour Triair 3CR

Pour ce 3e test matos nous allons nous penchez sur un modèle phare de la marque Suntour « le Triair ». Destiné à une pratique enduro DH le dernier né de la marque nipponne fait beaucoup parler de lui, mais quand est-il sur le terrain ? Est-il à la hauteur d’un rock shox monarch debonair ou d’un fox dpx 2 ? Nous allons essayer de répondre à ces différentes questions.

Caractéristiques du Suntour Triair :

  • 3 modes de compression ( Open, Médium et Firm )
  • 8 clics de rebond
  • Ajustement de pression de l’IFP
  • Cales d’ajustement de la chambre d’air négative et positive
  • Prix 299 euros
  • Poids 410 grammes

En statique :

Visuellement, ce Suntour Triair est réussi, les commandes de détente et de compression sont faciles d’accès. Le traitement anti frictions noires lui donne un look haut de gamme. Nous retrouvons les logos et le nom du modèle sur le corps de l’amortisseur visuellement ces plutôt réussis
les stickers on l’air d’être de bonne qualité.

On retrouve sur la bonbonne du Piggy Back les différents visuels de compressions ( Open, Firm, médium ). Le Triair est disponible au standard métrique, Trunnion, impérial permettant le montage sur un large panel de VTT.

 

À l’intérieur ça donne quoi ?

On retrouve le nouveau système PCS (Piston Compensator System) qui équipe également certains modèles de fourche. Ce piston permettrait de retarder l’effet de cavitation ( la cavitation est la formation de bulles de vide dans un liquide lorsque les pressions négatives sont trop importantes).

 

 

Un système classique d’IFP présent dans la bonbonne du PiggyBack permet de régler via une valve Schrader le soutien en début de course. Afin d’améliorer la fin de course, Suntour propose comme la concurrence l’utilisation de Spacers prenant place selon vos préférences soit dans la chambre positive ou la négative. Une des caractéristiques du triair est la possibilité de les ajouter sans démonter l’amortisseur du cadre. Le top lorsque l’on cherche les bons settings en essai terrain.

En action :

Pour ce test, le Triair est monté sur un Banshee Rune V2 2018, sur ce vélo le positionnement de l’amortisseur parallèle au sol permet d’avoir un contrôle aisé sur les deux molettes de détente et de compression. Justement, commençons par le ressenti des différents réglages :

– Climb : ce mode permet d’avoir un freinage des compressions vraiment optimales si bien que ça en devient presque déroutant d’avoir un amortisseur qui pompe si peu .

– Medium : Plus communément appeler propédal ce mode est censé proposer une diminution de l’effet de pompage au pédalage. Sur le Triair on ressent un léger freinage de la compression, mais rien de folichon non plus un réglage-usine plus sensible est cependant possible d’après Suntour afin de palier a ce problème.

– Open : La on rentre dans le vif du sujet. On ouvre les gazs en grand on sent tous de suite que l’amortisseur s’exprime pleinement. Ça sensibilité sur les gros chocs est incroyables ils sont avalés sans soucis pierriers, racines, successions de trous rien ne lui fait peur ce mode est clairement fait pour
envoyez du lourd.

Certains pilotes roulent cependant avec le mode medium, mais je n’ai pas ressenti le besoin pour ma part d’utiliser ce mode en descente.

Comme cité précédemment le seuil de déclenchement sur les petits chocs arrive très vite des les débuts du débattement avec une sensibilité accrue . Cette impression de gommer toutes les aspérités du terrain est juste parfaite. Je n’irais pas jusqu’a dire que l’on se retrouve avec le même ressentis qu’un modèle a ressort, mais pour ma part on s’en rapproche.

Les gros chocs sont avalés avec une facilité vraiment déconcertante, pour un amortisseur a air on garde toujours du débattement peut importe l’état du terrain.

Réglez aux préconisations de Banshee a savoir 17 mm de sag le vélo n’a jamais talonné je gardais toujours un centimètre de fin de course en cas de gros imprévus. Sur les successions de chocs, le Triair excelle, on ne se pose pas de questions, on file droit ça encaisse sans sourciller.

La fluidité probablement un des points sur lesquels j’ai été le plus impressionné. On ne ressent aucune friction lors du fonctionnement, sa coulisse librement un vrai bonheur. Pour les puristes du réglage aux petits oignons sachez qu’il est possible de régler la pression de l’IFP via une valve schrader.

Pour le moment je roule avec une pression de 200 PSI et n’ai pas ressentis le besoin de la modifié. Passons maintenant à un point qui reste pour moi la grosse bête noire de ce Triair la détente.

Elle est peu ,voir même inexistante, officient pourtant sur 8 clics un très léger changement entre le mode + ou – est perceptible sans être vraiment efficace. Encore une fois un mail envoyez a la maison mère qui me propose le réglage en usine avec un settings plus aboutis .Comptez en moyenne un délai entre 10 et 15 jours pour récupérer votre amortisseur.

Pour le moment roulant avec un rebond rapide ça ne me pose aucun soucis. Deuxième points positif l’entretien après une année de riding , l’heure du service complet est de mise avec changement de l’huile du circuit hydraulique et du kit joints en totalité. 

Grâce aux tutos Suntour et de la minutie, ainsi que les bons outils à portée de main la maintenance est relativement simple . Les pièces nécessaires a l’entretien se trouve relativement facilement chez tous les revendeurs Suntour.

Pour finir, ça donne quoi ce Suntour TriAir ?

Pour conclure à l’heure où les prix s’envolent chez certaines marques,Suntour a privilégié un rapport qualité prix imbattable. À moins de 300 euros, vous disposez d’un amortisseur simple d’utilisation, mais aux performances inégalées pour cette gamme de prix. Le gros point noir reste le réglage de détente trop soft.

Mais comme énumérer précédemment un petit mail au SAV permettra de mettre fin à ce souci. Destiné à une pratique allant de l’enduro à la descente, il conviendra à un grand nombre de pratiquants. Aussi bien au pilote confirmé qu’aux compétiteurs chevronnés ainsi qu’aux pratiquants lambda comme moi. Bien sûr il y a toujours mieux en termes de réglages ou de fonctionnement. Mais si comme moi vous préférez passez votre temps a roulé plutôt qu’a réglé vos basses et hautes vitesses alors ce Triair est fait pour vous.

Retrouvez ce Suntour Triair ici

Crédits photos : SR Suntour

 

Tous nos conseils pour bien débuter l'enduro VTT

Recevez notre newsletter. Tutos pilotage, Conseils mécanique, Tests matériels , ect....

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

close

Tous nos conseils pour bien débuter l'enduro VTT

Recevez notre newsletter. Tutos pilotage, Conseils mécanique, Tests matériels , ect....

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Facebook
YouTube
Instagram