Comment améliorer son pilotage en enduro VTT

Comment améliorer son pilotage en enduro VTT

S’amuser est primordial lorsque l’on roule en VTT, c’est d’ailleurs l’une des raisons principales que beaucoup de pratiquants recherchent à travers ce sport. Mais comme dans toute pratique sportive, votre progression peut stagner. À travers cet article, nous allons passer en revue les différents points qui vous permettront d’améliorer votre pilotage et de franchir ce cap qui vous handicape tant.

La polyvalence :


Devenez un(e) touche à tous. Le raccourci est peut-être un petit peu exagéré, mais pratiquer plusieurs disciplines vous permettra d’améliorer grandement votre pilotage et vos réflexes. Le vélo de route pour l’endurance, le BMX pour les sauts la souplesse de pilotage le dynamisme et le pompage.

La DH pour l’engagement et la vitesse, le trial pour la maniabilité et les déplacements à allure lente, et l’enduro qui mélange le côté physique et technique de toutes les disciplines citées précédemment. La pratique du moto-cross est un excellent complément au VTT, travailler avec une machine plus lourde et une vitesse beaucoup plus élevée vous garantira de réels atouts dans votre progression.

Lancez-vous des défis dans chacune de ses disciplines on commence par de petits objectifs accessibles tous en repoussant petit à petit sa zone de confort. En VTT et dans le sport en général la progression se fait par paliers. « On ne monte pas sur un ring affronter mike tyson parce que l’on croit savoir boxer », et bien là aussi dans le vélo ces pareils chaque chose en son temps.
Roulé sur tous les terrains et dans toutes les conditions est très formateur. Si vous avez la chance de disposer à proximité de chez vous d’un bike-park ou de pistes permanentes .

Bossez la vitesse sur des pistes rapides, l’engagement dans les portions défoncées et la pente raide, l’agilité dans les épingles, roulez dans la boue ou sur des portions avec des devers ou l’adhérence est précaire est un exercice extrêmement intéressant. Il permet d’aborder la recherche de grip d’une façon différente, les appuis ne sont pas les mêmes les trajectoires non plus autant de points qui sont relativement intéressants à travailler.
La polyvalence est l’une des clés de votre progression afin d’être plus serein sur votre VTT, alors foncez !!!!

Faites appel à un moniteur MCF :


Investir dans un stage de pilotage où un coaching personnalisez est sûrement l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour progresser efficacement. En effet, un professionnel sait détecter les différents problèmes qui nuisent à votre progression. Chaque défaut est passé à la loupe et différents exercices seront m’y en place afin de les corriger. Ces cours permettent de passer un cap, de travailler en sécurité tous en sortant de votre zone de confort. 

N’hésitez pas à demander des conseils sur les différents exercices que vous pourriez travailler en solo chez vous. La répétition des mouvements est importante plus vous bosserez les différents gestes et techniques apprises et plus votre pilotage évoluera. Ces stages permettent dans la grande majorité des cas de faire sauter un blocage psychologique et technique qui vous empêchait de progresser.

Les moniteurs MCF sont une valeur sûre pour l’encadrement, mais il existe aussi de formidables profs indépendants qui font un travail remarquable au sein de leurs structures, pensez-y comme l’Atelier de Vincent a Berre l’Etang , ou les structures d’Aymeric de l’Happy Ride School ou de Pierre Zuneve de Vel Coach.

Travaillez votre engagement :


L’engagement en VTT est sûrement l’une des compétences les plus difficiles à travailler. En effet, elle est plus souvent psychologique que technique, on a souvent tendance à s’inventer les pires scénarios lorsque l’on fait face à un obstacle qui nous fait peur. Et dans notre sport, les chutes et autres désagréments peuvent vite avoir des conséquences plus ou moins graves sur notre vie professionnelle et personnelle. Heureusement l’engagement ça se travaille, mais malheureusement nous ne partons pas tous à armes égales face aux difficultés.

Pour repousser ses limites, il faut se fixer de petits objectifs qui nous mettent mal à l’aise afin d’habituer notre cerveau à démystifier l’obstacle auquel nous faisons face. Ayant lu quelques ouvrages sur la préparation mentale certains coachs utilisent la visualisation mentale pour diminuer cette appréhension.

Internet regorge aujourd’hui de vidéos VTT toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Caméra embarquée, plan extérieur, travelling autant de positions qui nous permettent d’analyser et d’imaginer les différents mouvements à intégrer pour passer tel ou tel passage.

Passez en revue les vidéos de pilotes professionnels analyser leurs déplacements sur le vélo, comment engagent-ils ce passage dans la pente raide, comment sautent-ils. Le fait de regarder ce genre de films vous apprendra à prendre conscience des différents mouvements à exécuter. Et ainsi vous permettre lors de votre visualisation d’enregistrer les gestes à effectuer.

La visualisation mentale c’est quoi ?


C’est un moyen de visualiser et de conceptualiser par images mentales une idée, un projet ou encore un processus.
Le mental peut être un allié de taille lorsque l’on veut sortir de sa zone de confort, mais il peut aussi bien être notre pire ennemi. Comme cité précédemment, l’être humain a tendance à s’imaginer les pires scénarios.

Et lorsque l’on veut s’engager sur une difficulté qui nous paralyse depuis des mois notre imagination a tendance à fonctionner à 1000 à l’heure. Vous avez tous entendu cette petite voix intérieure qui nous dissuade de nous lancer. « Si tu tombes, tu penses aux conséquences ? », « Si tu chutes, tu risques de te blesser », autant de questionnement qui nous fera certainement renoncer et revenir à notre zone de confort.

Imaginez-vous de la façon la plus réaliste possible l’obstacle qui vous bloque. Comment allez-vous l’aborder ? Quelle technique vous allez devoir effectuer ? Grâce à cet exercice, vos chances de réussite seront plus élevées. Ayez un esprit positif lorsque vous effectuez la visualisation, être négatif est contre-productif. Imaginez l’échec de ne pas réussir à vaincre ce saut ou cet obstacle est à coup sûr le meilleur moyen d’aller embrasser le plancher des vaches lorsque vous vous lancerez le jour J.

La peur est tout à fait normale lorsque l’on tente pour la première fois quelque chose de nouveau. Les grands champions la ressentent eux aussi, mais savent la dompter et à ce niveau d’exigences des capacités mentales en béton sont indispensables afin de se hisser sur la plus haute marche du podium.
Il existe deux types de visualisations :


L’interne qui permet de nous représenter comme si nous avions une caméra sur le torse.
L’externe qui permet de nous imaginer passer l’obstacle un peu comme si nous étions spectateurs de la scène qui se passe.

Le stress de l’échec peut complètement nous tétaniser et nous empêcher d’aller plus loin, notamment si vous êtes déjà tombé sur l’obstacle que vous comptez passer pour la deuxième ou troisième fois. Deux options dans ce cas soient vous faites abstraction de ces pensées négatives et vous vous lancez en connaissance de cause ou vous renoncez, mais une fois partie allez y jusqu’au bout.

Bien sûr, on ne se lance pas sur une double de 5 mètres si l’on ne maîtrise pas le passage d’une table parce que l’on a bien imaginé le saut. La visualisation doit être en cohérence avec vos propres capacités techniques et ainsi permettre d’élargir un peu plus votre zone de confort à chaque session .

Chuter ou ne pas réussir peut mettre à mal notre confiance en nous, mais comme dans la vie tombée, échouer est tout à fait normal. C’est ce qui nous rend plus forts et nous amène à nous dépasser et ainsi à parvenir à réaliser nos objectifs. L’échec prouve que nous essayons de sortir de notre zone de confort et c’est une très bonne chose, bien sûr encore une fois allez-y par paliers ne placez pas la barre trop haute.


Roulez en groupe est bénéfique pour progresser et jauger ses capacités cependant il peut avoir aussi un effet négatif et nous faire baisser notre estime de soi. Comme vous, je connais beaucoup de pratiquants qui ont commencé bien après moi et qui ont progressé beaucoup plus vite.

Mais j’évolue à mon rythme et je sors de ma zone de confort beaucoup moins vite que d’autres, mais le plaisir et le fun sont toujours présents à chaque sortie. Ne vous comparez pas aux autres chacun à ses propres qualités et les développera au fur et à mesure de ses années de pratique.

L’engagement en VTT est un combat contre soi-même alors ne vous comparez pas aux autres.

Améliorez votre condition physique :


Devenir un meilleur pilote ou pratiquants demande un minimum de condition physique. En effet en cas de chute votre corps sera plus à même d’encaisser les différents impacts ou coups qu’il pourrait subir. Mais encore faut-il savoir quelles chaînes musculaires travailler comment effectuer les mouvements de manière efficace sans vous blesser.

Comme pour les cours de pilotage, les conseils d’un professionnel sont importants afin de travailler efficacement et en toute sécurité. Au fur et à mesure des séances, vous vous rendrez vite compte que votre condition physique et votre aisance sur le VTT s’amélioreront plus vite que prévu.


Avoir un bon système cardio-vasculaire est nécessaire, en effet être capable de relancer en cote ou sur une spéciale lors d’une course sans tirer la langue au bout de 10 mètres est indispensable. Pour vous améliorer pas le choix, il faut bosser le foncier. Course à pied, natation, vélo de route, boxe, crossfit sont autant de sport qui permet d’améliorer votre cardio, faites-vous aider d’un coach qui jaugera votre niveau et vos compétences. Après 40 ans et si vous n’avez pas repris le sport intensément depuis quelque temps, prendre rendez-vous avec votre médecin est conseillé.

Lui seul est capable d’évaluer votre condition physique, et vous donnez le feu vert à une reprise. En cas de doute, un test d’effort chez un cardiologue peut être prescrit, cet examen permettra de lever tous les doutes sur la santé de votre système cardio-vasculaire.


Notre corps est soumis à rude épreuve lorsque nous roulons et plus nous vieillissons plus nous avons tendance à nous raidir. Le yoga ou toute autre discipline douce d’étirements permet de garder une certaine souplesse de mouvement. En effet, les différentes positions et techniques de relaxation vont non seulement détendre et éliminer les tensions. Mais faire aussi travailler toute votre chaîne musculaire qui est plus ou moins devenue moins souple au fur et à mesure des années.

Cet article vous a-t-il plu et aidé (partagez-le ! ;-)) ? avez-vous des choses à y ajouter (commentez-le ! ;-)) ?

Crédits photos : Xavier ligonnet, Pierre Zuneve

Tous nos conseils pour bien débuter l'enduro VTT

Recevez notre newsletter. Tutos pilotage, Conseils mécanique, Tests matériels , ect....

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

close

Tous nos conseils pour bien débuter l'enduro VTT

Recevez notre newsletter. Tutos pilotage, Conseils mécanique, Tests matériels , ect....

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter
YouTube
Instagram